Sortie des 19 et 20 octobre 2019 : Millau - Larzac

Sur les traces des potiers gallo-romains et des Templiers

Le départ était fixé à 7h45 sur le parking de la salle des fêtes. Le covoiturage bien organisé, les véhicules prirent rapidement la route de Millau.

Rendez-vous à l’aire du viaduc de Millau pour le pique-nique, avec une vue superbe sur cette œuvre d’art magnifique → autour des tables de bois les paniers de victuailles furent partagés dans la joie et la bonne humeur, quelques bonnes bouteilles aussi…

Pas de sieste, une guide sympathique et volubile nous attendait à la Graufesenque, espace de fouilles archéologiques, à la confluence du Tarn et de la Dourbie,  un concentré d’ateliers de grande production de poteries gallo-romaines nommées "poteries sigillées". 

Dès la fin de la visite, nouveau départ pour le plateau du Larzac, à l’Hospitalet du Larzac, au musée Lermet : une petite merveille, peu connue du public, conservée par un groupe de bénévoles. Un charmant monsieur nous régala de sa science et de sa passion. Il était là lorsqu’une charrue mit au jour de nombreuses tombes gauloises et les trésors qui les accompagnaient. Depuis l’âge de 12 ans, il fouille avec la même ardeur et n’a de cesse de faire partager son amour pour ce patrimoine. Une dégustation de vins régionaux, sous les platanes de la place aux Cygnes, nous permit de continuer la conversation avec notre excellent guide.

Le dimanche matin, bien reposés, nous étions prêts pour de nouvelles aventures. Le vent, la pluie torentielle, les trombes d’eau, trempèrent nos visites de Sainte-Eulalie de Cernon et la Couvertoirade , deux commanderies templières. Avions-nous courroucé les âmes d’Hugues de Payns et autres templiers morts sur le bûcher ? La jeune guide très courageuse brava les éléments et nous dûmes faire de même. Les remparts de la ville faisaient partie de la visite et, luttant contre les éléments, nous partîmes à l’assaut du chemin de ronde.

Midi sonnait, qu’il faisait bon dans la bergerie/restaurant de la Tour Valette. Quel délicieux repas qui sentait bon le terroir ! La serveuse s’étonnait de ne pas entendre des "beausseigne", "fouilla" et autres gagasseries, elle qui avait vécu dans notre région de longues années. De bon gré, tout au long du repas, nous soignâmes sa mélancolie avec des "fouilla mon vaillant"  et autres termes  du même ordre…

A 14h, il nous fallut affronter la tempête qui n’avait pas cessée. Impossible de se faire "péter les miailles" sous les rafales et les paquets d’eau. Engouffrés dans les autos, nous prîmes le chemin du retour sous les éclairs, le tonnerre et les trombes d’eau.

Ce fut comme chaque année une belle aventure conviviale et amicale où l’humour n’était pas en reste.

 

Sortie de mai 2019 en Haute-Loire (Polignac et Saint-Vidal)

Ce dimanche 19 mai, le soleil n’était pas au rendez-vous; et pourtant, 19 personnes bravèrent les intempéries.

Au village de Polignac, après une réconfortante boisson chaude accompagnée d’une savoureuse brioche, notre guide nous invita à grimper jusqu’à la forteresse. Le château de Polignac, ses ruines de bâtiments médiévaux et son fier donjon, nous accueillit avec vent et pluie sur son dyke de basalte.

La visite, d’une exceptionnelle qualité, nous fit oublier les caprices de cette météo hivernale.

Du sport, beaucoup de sport pour récupérer nos paniers-repas, restés dans les voitures garées au pied de la forteresse, et escalader à nouveau les pentes raides du bastion des « Rois du Velay ». Un abri médiéval équipé de tables et de bancs fut le bienvenu pour abriter notre pique-nique, qui se passa comme d’habitude dans la convivialité, le partage, la verve et l’humour.

L’après-midi, le château de Saint-Vidal nous attendait dans la fraicheur, majestueux, inquiétant avec ses pierres noires, ses archères canonnières béantes toujours prêtes à en découdre avec le bon roi Henri IV.

La visite fut plus décevante, peut-être à cause d’une extinction de voix de notre jeune guide. Visite qui se termina par les jardins en cours d’aménagement.

Les propriétaires semblent avoir un objectif différent de ceux de Polignac. Leur but est avant tout d’amuser le public. Mais toutes les raisons sont bonnes quand la sauvegarde du patrimoine est en jeu.

L’heure du thé passait déjà ; des fauteuils et des canapés nous tendirent les bras dans un estaminet agréablement chauffé de Craponne sur Arzon pour une dernière collation, des breuvages chauds et réconfortants.

En conclusion : Comme d’habitude, notre chère petite troupe brava la tempête pour passer un agréable moment ensemble.

 


Saint Marcellin Patrimoine Vivant

1 rue d'Outre l'Eau

42680 Saint Marcellin en Forez